Newsletter !

Soyez informez immédiatement lorsque de nouveaux articles sont publié !




Les grandes énigmes de l'histoire

Napoléon a-t-il été empoisonné à Sainte-Hélène ? Qui a tué le président Kennedy ? Marie de Magdala était-elle l’épouse de Jésus ? Quels liens entretiennent les sociétés secrètes et l’Église avec la fortune des Templiers ? Le trésor des Cathares a-t-il été découvert par l’abbé Saunière ? Dans quel but et par qui le site de Stonehenge a-t-il été édifié ? Ces grandes questions historiques ont de tout temps trouvé un immense écho auprès du grand public, naturellement attiré par l’ésotérisme, le paranormal… l’inconnu. Certaines touchent aux origines profondes de l’humanité, et leurs solutions peuvent ébranler nos certitudes les plus solides. Ainsi, ces dernières années, Homo sapiens est lourdement tombé de son piédestal : l’extinction de l’homme de Néandertal, cet « homme des cavernes » inculte et rustique dont on pensait tout connaître, s’est révélée avoir une plus grande proximité génétique et culturelle avec l’homme moderne. Les disparitions suscitent un engouement particulier, qu’elles concernent des civilisations entières, telles celles de l’Atlantide, de l’Île de Pâques et des Mayas, ou des personnages historiques morts en pleine gloire ou avant d’avoir pu accomplir leur destinée – Alexandre le Grand, le roi Jean Ier, l’homme au masque de fer, le tsar Alexandre Ier, Rodolphe de Habsbourg ou encore Amelia Earhart. Tous ces destins brisés fascinent, car ils nous renvoient à la fragilité de la vie et à la précarité de la condition humaine. La mort controversée de Napoléon Ier à Sainte-Hélène en est le meilleur exemple. Il arrive que l’histoire et l’archéologie se confrontent aux textes religieux. De cette tendance découle l’intérêt pour la vie de Jésus et ses relations avec Marie de Magdala, propres à ébranler les bases de l’Église catholique. Mais l’œuvre des scientifiques se concrétise parfois de manière insoupçonnée. Ainsi, les dix plaies d’Égypte et l’Exode du peuple juif, longtemps considérés comme une fable mystique sans fondement historique, ont été remis au goût de la science, qui a replacé le récit dans l’histoire géologique et environnementale du globe. Il est néanmoins des phénomènes qui continuent d’échapper à tout début d’explication rationnelle. Parmi eux figurent les géoglyphes de Nazca, qui interpellent les archéologues par leur gigantisme et les conditions de leur réalisation. De même, rien ne permet d’élucider le mystère des disparitions dans le triangle des Bermudes, à l’origine de théories qui flirtent avec le paranormal. Enfin, fer de lance des conspirationnistes, la base militaire secrète de la zone 51 a survécu à la supercherie de Roswell et continue de passionner les ufologues du monde entier. Quant au suaire de Turin, il est un cas unique dans l’histoire : les scientifiques ne sont pas parvenus à élucider le mystère de ses origines. Dans un élan de dépit, certains ont même déclaré que le cas de l’étrange relique dépassait les limites de la science. L’histoire mystérieuse n’a pas fini de subjuguer.